Actualité

Fin de la campagne électorale : Le citoyen-électeur, seul maître du jeu

La campagne électorale pour les territoriales, ouverte le 8 janvier dernier, prend fin ce vendredi soir à minuit, avant-veille du scrutin. Pendant 15 jours, les états-majors des partis politiques, coalitions et entités indépendantes ont exposé leurs offres politiques locales. L’électeur, charmé par les différents candidats investis, fort de sa nouvelle conscience citoyenne, sera le seul maitre du jeu pour les départager au soir du 23 janvier courant.

Le chemin menant vers les élections départementales communales prévues ce dimanche n’a pas été de tout repos pour les acteurs du processus électoral. La classe politique, la société civile, les régulateurs sociaux, l’administration électorale rompue à la tache… s’y sont mis, pour la tenue d’élections régulières, libres, transparentes et démocratiques le 23 janvier courant. Pour harmoniser la partition électorale, il y’eut d’abord la Mission d’Audit du Fichier Electoral Sénégal 2021 (Mafe-2021) financé par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique à travers l’Usaid et effectué par des experts indépendants du cabinet « Era Baker Tilly ». Elle a pu réaliser ses activités en toute indépendance et dans un cadre de collaboration positive avec l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus électoral qui est ainsi assez participatif. Les différentes composantes de la commission cellulaire de suivi du dialogue Politique du Dialogue national ont su créer un cadre de convivialité, de dialogue fraternel et de partage avec les experts tout au long du processus. Les appuis multiformes des pouvoirs publics ont créé un cadre propice à la réussite de cette mission d’audit et ont permis aux acteurs l’accès aux informations disponibles, aux infrastructures, et aux personnes ressources. Ce qui a grandement participé au diagnostic de l’état du fichier électoral et facilité la conduite de cette mission. Le Ministère de l’Intérieur chargé de l’organisation matérielle des élections et ses démembrements, la Direction de l’Automatisation des Fichiers (Daf) et la Direction Générale des Élections (Dge), ont fini toutes les opérations et taches pré-électorales.

La Cena chargée de la supervision et du contrôle veille depuis pour leur bonne exécution. A travers les Ceda, elle a choisi les présidents des bureaux de vote et leurs assesseurs. Pendant ce temps, la tension est à son paroxysme au niveau des états-majors des partis politiques, coalitions et entités indépendantes qui sont en plein dans les derniers réglages pour la sélection et la désignation de leurs représentants dans les lieux de vote. S’ils se sont investis dans la formation des citoyens sur le processus électoral, l’inscription des électeurs, la distribution des cartes d’électeur et leur représentation aux travaux des commissions administratives et de distribution des cartes d’électeurs ont fait défaut. A quelques heures de la clôture de la campagne électorale prévue ce vendredi 21 janvier 2022, avant-veille du scrutin, ils jettent leurs dernières armes programmatiques pour convaincre les citoyens-électeurs et les indécis, qui les ont écoutés et pris note de leurs promesses et engagements.

557 exécutifs communaux et 47 départementaux
Le Code électoral reconnait le droit de vote à chaque citoyen ayant la capacité électorale qui est fixée à dix-huit (18) ans, et cela sous réserve des cas d’incapacité prévus par la législation en vigueur. C’est un droit constitutionnel accordé à chaque citoyen. Qui plus est, l’universalité du suffrage est respectée de même que son égalité qui fait que chaque citoyen possède une voix et qu’aucune voix n’est supérieure à une autre consacrée par le principe : un électeur, une voix. Ainsi, fort d’une nouvelle conscience citoyenne et imbu de la valeur de la carte d’électeur ; le Sénégal étant le premier pays en Afrique de l’ouest à introduire la carte d’identité biométrique Cedeao couplée avec une carte d’électeur pour faciliter l’identification des électeurs, le citoyen-électeur sera le seul maitre du jeu devant départager les différents postulants investis candidats investis pour briguer la tête des 557 exécutifs communaux et 47 départementaux du pays.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.